PROGRAMME

Pour des primes maladies égalitaires et équitables pour les femmes.

Pour une redéfinition du viol dans la loi : abolition de la distinction entre le «viol» et la «contrainte sexuelle».

Initiative cantonale : pour une égalité salariale effective dans toutes les entreprises du Canton.

Contre l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes.

                                                                                                                                                                                                                     Programme_Complet_à_télecharger_ici_DEPLIANT_programme

SOCIÉTÉ

Nous nous engageons pour une société :

> Reconnaissant l’égalité de chaque individu dans toutes ses différences et particularités.

> Egalitaire, libre et ouverte, dénonçant toute discrimination de genre vis-à-vis des femmes, des hommes et des personnes LGBTQI, et notamment toute attitude sexiste, raciste et homophobe.

> Dans laquelle chaque individu dispose librement de son corps, de son intégrité physique et de sa vie.

DÉMOCRATIE

Nous demandons que :

> La parité soit respectée dans toutes les instances et partis politiques ainsi qu’au sein des autorités publiques.

> Le droit de vote et d’éligibilité pour les étranger-e-s avec permis C soient introduit au niveau cantonal.

> Le Grand Conseil mette en place une organisation facilitant l’exercice de la fonction d’élu-e.

JUSTICE

Nous voulons :

> Un système juridique adapté face au viol et au harcèlement sexuel pour toute personne vivant en Suisse, indépendamment de son orientation sexuelle.

> Des moyens financiers supplémentaires et un accompagnement psychologique pour tout individu ayant subi des agressions sexuelles.

> L’imprescriptibilité pour toute forme de violences sexuelles.

> Une augmentation des moyens destinés aux associations et structures œuvrant en faveur de l’égalité du genre et luttant contre le harcèlement sexuel, ainsi que contre toute forme d’inégalité et de violence dans l’espace public ou privé.

> Une meilleure formation contre le sexisme et toutes les formes de violences pour l’ensemble du personnel de l’Etat et de la Ville de Genève en contact direct avec la population.

ÉDUCATION & CULTURE

Nous demandons :

> Un système d’éducation garantissant à chacun-e le respect de son intégrité physique et émotionnelle.

> Un programme spécifique concernant le corps, la sexualité et le consentement appuyé par un matériel adéquat.

> La mise en valeur de modèles féminins dans les programmes scolaires.

> Un programme permettant aux élèves de choisir une orientation professionnelle indépendamment de leur genre.

> Un programme scolaire garantissant l’accès à la culture de façon régulière et égale pour tous les élèves.

TRAVAIL

Nous demandons :

L’égalité salariale entre femmes et hommes avec des contrôles réguliers de toutes les entreprises et, le cas échéant, accompagnés de sanctions.

> La mise en place d’un quota de 50% de femmes dans les instances dirigeantes des cent plus grandes entreprises du Canton de Genève.

> La parité à l’embauche.

> La mise en place d’une formation sur la prévention du sexisme dans le monde du travail.

> Le développement du temps partiel pour les femmes et les hommes.

> Des programmes spécifiques contre la précarité économique des femmes et des familles monoparentales.

> La prise en compte du travail du care* dans les calculs des rentes des retraites.

* Education / Travail domestique et de proches aidants.

ASSURANCES SOCIALES

Nous demandons :

> La retraite à 60 ans pour les femmes tant que persiste les inégalités de revenu et de salaire entre les femmes et les hommes.

> Que les primes d’assurance maladie et couvertures d’assurances soient égales pour les femmes et les hommes.

> Le remboursement de la contraception et des soins pour toutes les maladies dites « féminines » par l’assurance maladie de base (LaMAL).

> L’abolition de la notion de « risque » lié à la maternité dans tout contrat d’assurance.

> Que soit introduit un congé parental égalitaire entre les femmes et les hommes.

> Que la garde des enfants en cas de séparation du couple soit évaluée sans distinction de genre.

> Des espaces de vie enfantine répondant à la demande et dont les tarifs n’excèderaient pas 5% du revenu des ménages.